Faîtes vivre votre passion !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le join-up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
little
Double poney


Féminin Nombre de messages : 111
Age : 40
Prénom : particulier,fada de mes 2 dadas
club équestre : la nature
localisation : Somme (80)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Le join-up   Sam 21 Oct - 5:08

Le join-up
par
Laurent LOURDIN

Le join-up est une méthode basée sur le comportement naturel du cheval, utilisée pour obtenir sa soumission et sa confiance, sans brutalité. Il a été popularisé aux Etats-Unis par Monty ROBERTS et est aussi, avec quelques nuances, à la base de la méthode de débourrage éthologique mise au point par l'italien Bino Jacopo GENTILI.
L'article que je vous propose ici est en quelque sorte une description de la synthèse des deux versions de cette technique.

Les principes de base:

L'emploi du join-up est particulièrement indiqué au moment du débourrage, afin de rendre celui-ci moins traumatisant pour le cheval et moins périlleux pour le cavalier; mais cette technique peut aussi être utilisée dans le but d'obtenir la soumission d'un cheval dominant et indiscipliné, ou au contraire pour mettre en confiance un cheval craintif ou traumatisé en plaçant le dresseur dans une position de dominant et de protecteur.

Le join-up se déroule dans ce que les anglophones appellent un 'round pen', c'est-à-dire en fait un rond de longe; le dresseur, qui se tient en son centre, imite le comportement d'un cheval dominant voulant corriger un dominé pour son insoumission. Le cheval, lui, est maintenu en bordure du cercle, tenu éloigné du dominant jusqu'à ce qu'il manifeste par son langage corporel sa soumission et son désir de se rapprocher de lui.

Le cheval a donc un choix. Il peut soit émettre les signes montrant qu'il accepte l'autorité du dresseur, auquel cas il sera invité à s'approcher de lui et sera accueilli par de rassurantes et apaisantes caresses, soit refuser cette autorité. Dans ce second cas, le cheval sera contraint de continuer à tourner en bordure du rond de longe, ce qui lui est doublement déplaisant. En effet, non seulement le cheval est obligé de fournir un travail fatigant et ennuyeux, mais en plus sa position en périphérie du cercle induit en lui un sentiment d'insécurité: c'est comme s'il était maintenu isolé en dehors de sa harde, devenant alors une proie facile pour les prédateurs.

http://ourworld.compuserve.com/homepages/laurentlourdin/ethologie_du_cheval/PersoA1.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
little
Double poney


Féminin Nombre de messages : 111
Age : 40
Prénom : particulier,fada de mes 2 dadas
club équestre : la nature
localisation : Somme (80)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Le "round pen" ou rond de longe   Sam 21 Oct - 5:10

Le 'round pen' ou rond de longe:

Le join-up se pratique donc dans un corral rond dont la dimension idéale se situe aux environs de 20 mètres de diamètre. Dans un espace plus grand, le dresseur aura plus de difficultés à communiquer avec le cheval et sera obligé d'exercer sur lui des pressions plus intenses pour le faire tourner. Dans un espace plus petit, le cheval pourra avoir des difficultés à se déplacer rapidement en bordure du cercle et se sentir prisonnier, d'où un risque de panique et d'accident, tant pour lui que pour le dresseur.

La forme ronde du corral sert à donner au cheval l'illusion qu'il est libre de fuir le dresseur autant qu'il le veut, et qu'il ne sera donc jamais réellement forcé de le rejoindre si ce n'est pas ce qu'il désire. De plus, cette liberté de fuite hypothétique offre au cheval la possibilité de se décharger de ses émotions et de son stress. Une fois qu'il a choisi d'accepter le dresseur à l'intérieur de son espace personnel et en a ressenti du réconfort, le cheval n'a plus de raison de chercher à s'échapper. Ceci contraste avec la grande majorité des méthodes classiques qui reposent lourdement sur la contrainte physique, ce qui en soi est suffisant pour donner au cheval envie de fuir.

A l'inverse, dans un espace carré ou rectangulaire, le cheval a la possibilité de se réfugier dans un angle, ce qui complique la tâche du dresseur, notamment en l'obligeant à quitter sa position de référence au centre du cercle décrit par le cheval; il se peut également que dans un angle le cheval se sente pris au piège et contraint à une réaction de défense, surtout si le dresseur se montre trop agressif dans les pressions qu'il exerce sur lui.

http://ourworld.compuserve.com/homepages/laurentlourdin/ethologie_du_cheval/PersoA1.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
little
Double poney


Féminin Nombre de messages : 111
Age : 40
Prénom : particulier,fada de mes 2 dadas
club équestre : la nature
localisation : Somme (80)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Les grandes étapes du join-up   Sam 21 Oct - 5:12

Les grandes étapes du join-up:

Le cheval est tout d'abord conduit dans le rond de longe et quelques instants lui sont laissés pour s'habituer à ce nouvel environnement. Le dresseur au centre du cercle en profitera pour observer son attitude générale et pourra moduler la quantité et l'intensité de ses pressions en conséquence. Les pressions en question seront optiques (Le regard du dresseur) et gestuelles, éventuellement phonétiques et tactiles. Elles devront être correctement dosées afin de gagner la confiance du cheval: l'homme doit se montrer convaincant dans son rôle de cheval dominant.

Sitôt le cheval lâché dans le corral, le dresseur exercera sur lui des pressions optiques afin de le maintenir en bordure du cercle; il devra adopter une attitude assez agressive, c'est-à-dire fixer du regard l'œil du cheval et ne jamais le quitter des yeux. Par son langage corporel, le dresseur, qui doit constamment se maintenir sur le côté du cheval, l'incite à se déplacer dans un galop moyen; il maintient sa tête et ses épaules hautes, et fait avec les bras des gestes francs et résolus, ne devant toutefois pas devenir effrayants. Si le cheval se montre agressif, les gestes pourront devenir plus amples et plus vifs, et être éventuellement accompagnés de sons aigus intimidants qui stimuleront sa fuite.

Au besoin, le dresseur pourra se servir d'une longe afin d'amplifier son langage corporel; il pourra, face à un sujet particulièrement agressif, agiter cette longe devant lui en la tenant des deux mains pour l'obliger à respecter son espace personnel. A l'inverse, confronté à un sujet lymphatique, le dresseur pourra projeter une longueur de longe en direction de sa croupe pour lui faire conserver l'allure. Il est dans ce cas possible de toucher le cheval avec la longe pour le stimuler, mais en aucun cas il ne faut l'utiliser pour le frapper.

Après que le cheval ait effectué plusieurs tours de corral, il convient de lui faire changer de main afin qu'il puisse observer le dresseur tant avec l'œil droit qu'avec le gauche. Le cheval ne doit jamais faire demi-tour de sa propre initiative: c'est le dresseur, dans son rôle de dominant, qui doit avoir le contrôle de chaque mouvement du cheval, sans quoi sa crédibilité serait sérieusement remise en cause. Il obligera donc fréquemment le cheval à changer de main, de préférence en évitant l'endroit où celui-ci aurait le plus tendance à le faire de son propre chef.

Pour ce faire, le dresseur devra barrer la route au cheval en s'écartant du centre du cercle et en plaçant son bras à l'horizontale. Il doit anticiper sur le déplacement du cheval: si l'on compare le rond de longe à une montre sur laquelle le cheval se déplace à main droite, donc dans le sens normal des aiguilles, le dresseur devra quitter le centre du cercle et se placer à 3 heures en levant le bras droit alors que le cheval se trouvera à 12 heures. En faisant cela, le dresseur pénètre en fait à l'intérieur de la distance de fuite du cheval et il est naturel que celui-ci fasse demi-tour pour l'éviter.

Plus le dresseur acquiert de la crédibilité dans son rôle de cheval dominant, moins il a besoin de faire de gestes explicites pour contrôler les déplacements du cheval; celui-ci changera par exemple de main dès que le dresseur se rapprochera de sa trajectoire, sans qu'il ait pour cela besoin de lever le bras.

A ce stade, le dresseur devrait pouvoir remarquer un début de changement dans l'attitude du cheval. Au début du join-up, ce dernier se contente généralement de galoper en faisant tout pour ignorer le dresseur, soit parce qu'il n'a aucune considération pour l'homme, soit parce qu'il le craint. Dans le second cas, le dresseur pourra noter les signes de sa tension: son encolure sera très rigide et il portera haut sa tête, s'efforçant de regarder à l'extérieur du corral.

Lorsque le cheval se rendra compte qu'il n'a aucun moyen de se débarrasser des pressions imposées par le dresseur et que ce dernier reste toujours à la même distance quelle que soit la vitesse à laquelle il fuit, il commencera à lui adresser quelques signes d'attention. Les premiers d'entre eux seront sans doute envoyés avec l'oreille intérieure, qui tendra à s'orienter en direction du dresseur. Courbant progressivement son encolure vers l'intérieur du cercle, le cheval prêtera à l'homme une attention croissante, orientant sa tête dans sa direction, focalisant sur lui ses yeux et ses oreilles.

Le cheval réalise alors qu'il est en présence d'un dominant capable de contrôler chacun de ses mouvements, et qui est susceptible en l'en chassant de le priver de la sécurité que constitue la harde. Il sait de manière innée que s'il veut être accepté dans sa harde, il doit soumission et obéissance au cheval dominant. Il exprimera sans doute d'abord une certaine frustration face à cette situation, en mâchouillant et en se léchant les lèvres; ceci est considéré comme un comportement de substitution, c'est-à-dire un comportement apparemment inutile ou illogique survenant lorsqu'un individu est contraint d'interrompre un comportement normal.

Un instant plus tard, le cheval abaissera son encolure et sa tête vers le sol, adoptant ainsi une attitude de soumission qu'il ne faut surtout pas confondre avec la posture de conduite des étalons. L'association des mouvements masticatoires et de la position tête basse est considérée comme le signal par lequel le cheval indique au dresseur qu'il reconnaît son statut de dominant et lui demande de le laisser s'approcher pour bénéficier de sa protection. Ce comportement est probablement similaire au signal de soumission spécifique du poulain, lequel expose ses dents et fait claquer sa mâchoire quand il se trouve en présence d'un cheval adulte dont il ignore les intentions.

Le moment est venu pour le dresseur de tenter d'arrêter le cheval et de le faire venir à lui. Il cessera de le fixer du regard et s'immobilisera au centre du corral dans une position de totale décontraction, épaules baissées et bras le long du corps. Il tournera le dos au cheval et se tiendra devant lui, à environ 45 degrés par rapport à sa trajectoire; le cheval se rapprochera en effet toujours du dresseur par l'arrière, jamais par devant ou par le côté. Le dresseur devra toujours attendre que le cheval s'approche de lui, jamais aller directement vers lui. Dans le cas d'un sujet très timide, il pourra éventuellement s'accroupir pour se faire moins impressionnant, ou essayer en quelque sorte de l'aspirer vers lui: il décrira alors un demi-cercle à reculons en direction de son postérieur, tout en conservant une main légèrement dirigée vers lui. Si malgré tout cela le cheval refuse de s'approcher, le dresseur doit revenir aux pressions et recommencer à le faire tourner aux deux mains jusqu'à ce qu'il montre de nouveau clairement les signes de soumission.

Maintenant qu'il s'est approché, le but est de caresser et manipuler le cheval avec douceur, afin qu'il comprenne que c'est auprès du dresseur que se trouvent la sécurité et la relaxation. A tout moment le cheval est libre de s'enfuir si c'est ce qu'il désire; il devra alors de nouveau subir les pressions et tourner en périphérie du cercle jusqu'à ce qu'il exprime sa soumission et son désir de revenir auprès du dresseur, ce dernier veillant toujours à ce qu'il effectue un ou deux tours de plus que ce qu'il aurait voulu. Le cheval expérimente alors les conséquences de ses choix: soit il reste auprès du dresseur et son stress disparaît, soit il choisit de s'éloigner et est contraint d'effectuer un travail déplaisant. Ceci est la mise en application du principe de Premack, qui consiste à permettre à un individu de faire quelque chose qu'il n'a pas le droit de faire souvent et qui lui procure du plaisir afin de récompenser un comportement désirable, ou au contraire à contraindre un individu de faire quelque chose qu'il n'aime pas et cherche habituellement à éviter afin de punir un comportement indésirable.

Après lui avoir permis de sentir sa main, le dresseur commencera à longuement caresser le cheval tout en veillant à ne pas croiser son regard. Ses actions auront notamment pour but de lui faire baisser la tête, la descente d'encolure étant chez les équidés associée à la relaxation et à la soumission. Les caresses seront effectuées de telle sorte qu'elles rappellent au cheval les soins prodigués par sa mère peu après sa naissance, lorsqu'elle le lèche pour le dépouiller du placenta. Le dresseur commencera donc par lui caresser le chanfrein, puis l'encolure de haut en bas; les caresses devront être prodiguées avec légèreté, sans jamais être trop appuyées. Inutile de dire que les flatteries et autres grandes tapes de félicitations sont à proscrire, particulièrement à ce moment là.

Si le cheval le lui permet, le dresseur se déplacera vers son arrière-main afin de masser ou gratter son garrot, et plus généralement de caresser et manipuler toutes les parties de son corps, ventre inclus, et ce des deux côtés. Il pourra également prendre tour à tour chacun de ses sabots et les tapoter doucement. Il pourra aussi, si elle n'est pas venue plusieurs fois spontanément, solliciter la descente d'encolure en touchant l'un des points stratégiques. Le premier d'entre eux se trouve au niveau de la nuque, environ 10 cm derrière les oreilles; le dresseur devra pincer ce point en appuyant légèrement dessus. Le second point sur lequel il pourra appuyer doucement se situe juste au-dessus du poitrail, à la base de l'encolure, là où il y a un léger creux. Si le cheval se montre réticent, le dresseur ne devra pas chercher à le contraindre; il le renverra simplement faire quelques tours de corral à la même main que celle où il refuse de descendre son encolure.

Après avoir longuement et minutieusement manipulé le cheval, le dresseur lui caressera l'épaule, puis se retournera et s'éloignera de lui en marchant. Généralement le cheval se mettra à le suivre comme s'il était hypnotisé: il l'a accepté comme chef de harde. Le dresseur pourra s'arrêter, caresser la tête du cheval et se remettre à marcher, ce qui renforcera la réaction. Il effectuera deux tours du corral à chaque main, le cheval devant rester derrière lui sans chercher à le dépasser. Puis il exécutera des voltes, des huit et autres figures de dressage afin de s'assurer que le cheval le suit dans toutes les situations. Enfin, après que le cheval soit resté à ses côtés sans bouger, dans le calme absolu, pendant au moins 3 minutes, le dresseur procédera à une dernière vérification: se positionnant sur le côté, il placera délicatement son pied devant le membre antérieur du cheval, et fera pression vers le haut et l'arrière-main juste en dessous du boulet. Le membre devra céder en souplesse, sans quoi le dresseur devra revenir en arrière; il fera faire au cheval quelques tours de corral supplémentaires, et reprendra au début ses manipulations.

http://ourworld.compuserve.com/homepages/laurentlourdin/ethologie_du_cheval/PersoA1.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
little
Double poney


Féminin Nombre de messages : 111
Age : 40
Prénom : particulier,fada de mes 2 dadas
club équestre : la nature
localisation : Somme (80)
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Les erreurs à ne pas commettre   Sam 21 Oct - 5:14

Les erreurs à ne pas commettre:

La plus grosse erreur qui puisse être commise par celui qui désire faire un join-up est certainement de chasser le cheval en courant derrière lui comme le ferait un prédateur au lieu de se tenir sur son côté et de le repousser en utilisant le regard et le langage corporel. Ceci sera particulièrement contre-productif, provoquant au mieux le stress, la panique et la fuite, au pire des réactions agressives contre le dresseur si le cheval se sent acculé.
Il est de même important d'éviter de se placer directement en face du cheval; cette position étant pour lui une attitude de défi, elle est également susceptible d'entraîner des comportement agressifs.

Souvenez-vous aussi qu'une condition sine qua non pour la bonne réussite de cette méthode est de ne jamais aller chercher le cheval ou le contraindre d'une manière quelconque; le dresseur devra toujours faire venir le cheval à lui et non aller vers lui. Ne cherchez pas non plus à aller vite, n'essayez pas de brûler les étapes: non seulement vous mettriez en définitive plus de temps pour réussir, mais en plus vous risqueriez de vous mettre vous et votre cheval en danger.

L'autre source majeure d'échec du join-up est un mauvais dosage de vos pressions dû à une interprétation incorrecte de la manière dont le cheval y répond. Chaque cheval étant un cas particulier ayant ses réactions propres en fonction notamment de sa race, de son sexe et de son caractère, vous devez à tout moment être attentif aux signaux qu'il vous envoie avec son corps et moduler vos pressions en conséquence; il est clair que vous ne pourrez maîtriser cela correctement qu'après avoir acquis une certaine expérience pratique.

Si vos pressions sont trop fortes, la réponse du cheval oscillera entre la méfiance et la peur panique; dans ce dernier cas, il vous faudra le ramener au calme en vous éloignant de lui et en diminuant très nettement la quantité et l'intensité de vos pressions. Si elles sont trop faibles, le cheval, incapable de déchiffrer vos intentions, ne présentera aucune réaction.

Enfin, dernière recommandation, ne faites pas de join-up avec votre cheval si vous n'en avez pas réellement besoin, c'est-à-dire s'il est déjà débourré et que son comportement général ne vous pose pas de problème particulier. N'hésitez pas à recourir à des techniques de travail au sol si vous souhaitez simplement corriger de petits problèmes d'attitude sans gravité. Et gardez toujours à l'esprit que les problèmes comportementaux des chevaux peuvent aussi avoir des origines physiques, comme des douleurs, des crispations musculaires, un matériel inadapté à leur morphologie ou même plus simplement une condition physique insuffisante par rapport à l'effort demandé

http://ourworld.compuserve.com/homepages/laurentlourdin/ethologie_du_cheval/PersoA1.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titeponeytte
Double poney


Féminin Nombre de messages : 108
Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: Le join-up   Jeu 26 Oct - 2:51

kikou! j'ai moi même pratiké le join up kan j'ai resu mon poney é je trouve cette technike trè intéréssante. elle marche trè bien! j'ai noué un lien très spécile avec lui é j'ai remarké de réelle changemen dans son comportemen enver moi é lé otre personne ki soccupe de lui. enfin tout sa pour vous dire ke je trouve sa génial Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecuriederemsing.skyblog.com
ChewingGum
Petit poney


Féminin Nombre de messages : 2
Age : 25
club équestre : Ferme Du Koer
localisation : Alsace
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Le join-up   Dim 24 Déc - 8:04

Cool ce post :]
Titeponeytte c'est vrai ?
Moi j'aimerais trop essayer Very Happy
J'adore l'équitation éthologique <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
havane6
Cheval Star


Féminin Nombre de messages : 1632
Age : 26
Prénom : Atkins <3
club équestre : verlinghem & écurie de proprio
localisation : 59 lille
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Le join-up   Dim 24 Déc - 9:40

c vré j'ai une ami qui pratike l'étologi et c vraimnt génialde ce kel fait de ses chevo !!! j'adore!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havane6.skyblog.com
Al3zane
Cheval champion


Féminin Nombre de messages : 871
Age : 23
club équestre : www.ferme-du-koer.com
localisation : 68 Alsace
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Le join-up   Jeu 28 Déc - 2:10

jaimerais troop essayé jadore "dresser" les chevaux

tien pas plu tard que vendredi jai appris a une ponette a reculé en selle ^^

et je monte dans le club d'une amie , la bas jai travaillé la récompense a la voie enfaite mon cheval ( nom : Chianti , selle français ) est .. comment dire.. pas trèèèès énergique il a pas la pêche quoi ( il fait a peu prè 1m80 au garrot donc c plutot de grande foullée et pas beaucoups ^^ idéal pr la randonnée ) ! et bah je l'ai fait partir au trot tranquillement , après allongé le trot puis partir dans un petit galop , ensuite dans un des coins du manège je lai fait accéléré et comme je men doutais il aller magnifiquement ralentir ( nawak )

et puis quand je le reuh fesais accéléré je le carressais et je lui disait "c'est bien" il mettais les oreilles en avant et accélérai un peu plus maintenant il prend plaisir a galopé franchement et pas se gener ^^

trop chou en tout cas Chianti ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://The-Panic.skyrock.com
titeponeytte
Double poney


Féminin Nombre de messages : 108
Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: Le join-up   Sam 17 Mar - 15:11

oui oui c'est vrai mais il n'y a pas que le join-up. cette technique ne sert a rien si par la suite en selle ou apied on ne respecte pas le cheval. J'ai pu vérifier grace à cela que mn poney adorait sauter. Un jour je me suis dit d'acord on saute mais est-ce que sa lui fait plaisir? Je l'ai donc lacher en liberté complète dans le manège j'ai installer un obstacle comme si j'allais sauteren selle et j'ai claquer ma langue. Croyer moi ou pas il est prtis de lui même au trot sur la croix et la sauter avec joie. je l'ai récompenser et j'ai progressivement monter les barres jusqu'a 1m10. Pas une seule fois il n'a dérober, pas une seule fois il a refuser. J'ai donc la preuve que mon poney saute par plaisir et non par contrainte ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecuriederemsing.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le join-up   Aujourd'hui à 14:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Le join-up
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le join-up, réelle méthode ou grand n\\\'importe quoi ?
» join up
» Le join-up
» Join-up, pas pour un poulain?
» La technique du join-up

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum Technique :: Soin/Santé :: Comportement-
Sauter vers: